Par Margaux Lacroux

Si le dialogue reste difficile, quelques exemples de terrain montrent que la collaboration est possible.

Définitivement irréconciliables, écologistes et chasseurs ? Pas sûr. Ils peuvent (parfois) s’entendre.Surtout quand les intérêts des deux camps se trouvent menacés. Le plus souvent, ils s’allient pour contester de grands projets d’aménagement du territoire, qui empiètent sur des zones de chasse et peuvent dégrader les milieux naturels. Parmi les luttes figure le projet LGV Bordeaux-Dax et Bordeaux-Toulouse, dont les travaux pourraient commencer en 2022. Pas question d’artificialiser davantage terres et forêts ni de taillader les grands espaces, protestent les deux camps.

La suite ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×