Environnement. « Les chasseurs ne s’approprient pas la nature, mais la gèrent en symbiose avec les agriculteurs et les propriétaires forestiers. »

L’article original ici

Michel Courcoux (Côtes-d’Armor) :

Comme vous avez raison M. Bossard (O.-F. du 22 septembre). Âgé de 69 ans, accompagnateur dès l’âge de 8 ans, quarante-sept permis de chasse au compteur, je peux me permettre de vous répondre.

N’ayez crainte, les chasseurs ne s’approprient pas la nature, mais la gèrent en symbiose avec les agriculteurs et les propriétaires forestiers.

Chasseurs actifs = chasseurs régulateurs. Sans honte, je vous affirme que nous faisons partie des protecteurs de la nature.

D’emblée, je vous fais les remarques suivantes :

  • Les traditions rurales sont aussi inspirées de la chasse et ce, depuis que l’homme existe.
  • Vous dites que les faisans sont lâchés dans la nature quelques jours avant l’ouverture. Les chasseurs dignes de ce nom les libèrent plusieurs semaines auparavant. Ce n’est pas la formule « ball-trap ».

Ce sont des gibiers destinés à être tués. Nous sommes « tueurs », mais surtout dans une formule de régulation et d’écologie de la nature.

  • Non, les gens qui chassent ne sont pas majoritairement des citadins. Ceux des villes sont presque issus de la campagne, ayant dû s’exiler (l’exode rural est toujours d’actualité).

Donc, merci aux agriculteurs qui nous laissent traverser leurs champs, nous leur en sommes reconnaissants et aussi réciproquement, ce qu’ils admettent…

Chasseurs actifs = chasseurs régulateurs. Nous sommes aussi piégeurs et sentinelles de la nature… sinon adieu aux couvées et portées des petits gibiers. 

Régulations contre les dégâts de sangliers, cerfs, chevreuils, choucas, lapins, blaireaux… Si vous possédez une basse-cour, j’espère qu’elle est « blindée » et encore…

Nous, chasseurs actifs et régulateurs, sommes soumis aux rigoureuses lois de la chasse, et croyez-moi, ce n’est pas du « pipeau ».

Vous verrez que dans dix ans, le 1,1 million de chasseurs n’existeront plus. Je vous souhaite d’en faire amèrement le constat.

J’ai bien dit amèrement ! Pour moi, la chasse est un loisir très sain, très encadré donc très sérieux, en un mot, un vrai sport.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *