Les prairies temporaires, implantées à des endroits stratégiques, permettent « de regagner une diversité de faune sauvage sur un territoire tout en entretenant de bonnes relations entre chasseurs et agriculteurs ». Illustration avec le Groupement d’intérêt cynégétique (GIC) la Montagne au cours de la visite d’une parcelle d’une prairie temporaire implantée à Vaux-Saules.

Sur une parcelle d’une prairie temporaire implantée à Vaux-Saules, des représentants des chasseurs, des agriculteurs et des élus, de gauche à droite, Stéphane Maître (technicien FDC21), Henri Bordet, (administrateur de la FDC21), Rémi Lamblet (vice-président du GIC la Montagne), Thierry Drouot, (président du GIC et Marcel son petit-fils), Rémi Morisot (équipe municipale de Vaux-Saules), Pascal Manière (agriculteur à Cheneroilles), Bénigne Colson (élu de la Charte forestière du Pays-Seine-et-Tilles en Bourgogne), Michel Coutoux (président de la société de chasse de “Terre noire”) et Katia Daudigeos (animatrice de la Charte forestière du Pays-Seine-et-Tilles en Bourgogne), vérifient le bien-fondé de son implantation. Le GIC de la Montagne est l’unique groupement, en Côte-d’Or, à « développer des zones de gagnage bénéfiques pour le grand gibier ».

un article de Jean-Pierre TISSIER  le Bien Public

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *