Biodiversité, sécurité : la nouvelle feuille de route des chasseurs

Publié le

Issu d’une large concertation avec l’Etat et les usagers des territoires, le troisième Schéma départemental de gestion cynégétique (SDGC) de la Haute-Garonne entre en vigueur pour six ans. Sécurité, biodiversité, gestion des dégâts : cet outil met en œuvre la politique fédérale des chasseurs et oriente leurs actions.

C’est un document dense et parfois un peu aride, comme tout texte réglementaire. Mais il est incontournable : “pour les chasseurs, c’est la feuille de route”, résume Alain Vialars, de la FDC31. Bref, c’est le Schéma départemental de gestion cynégétique, le SDGC pour les intimes. Lancé en 2007-2008 et renouvelable tous les six ans, ce SDGC 2020-2026 sera donc le troisième du nom mis en œuvre en Haute-Garonne, à partir du 1er juillet… Mais pas le moins important dans un contexte de nouvelle loi chasse.

Partenariat

“Rédigé par les chasseurs pour les chasseurs”, ainsi que le rappelle Jean-Bernard Portet, président de la FDC31, ce SDGC inscrit de fait la chasse dans une perspective de gestion durable des espèces et des espaces, mais pas seulement… Car au-delà, si la fédération départementale des chasseurs en assure l’élaboration, la rédaction et la coordination, elle le construit aussi en partenariat avec les acteurs du monde rural. “Avant même sa mise en place, nous avons organisé des réunions de concertation avec l’Office français de la biodiversité, l’Office national des forêts, la Chambre d’agriculture, les agriculteurs propriétaires et, bien sûr, la préfecture. Etabli dans le respect des règles nationales mais adaptées aux territoires, ce SDGC est donc un projet collectif et d’intérêt général dont les principaux objectifs sont le maintien de la biodiversité et le développement durable”, souligne Alain Vialars, rappelant qu’au final, il doit toujours être avalisé par le préfet avant d’être mis en œuvre.

De fait, s’il a vocation à présenter la politique fédérale à travers les grandes orientations de la chasse en Haute-Garonne, il confirme aussi les chasseurs dans leur rôle d’acteurs de la politique environnementale. Des acteurs responsables, entendent-ils souligner également. “Car côté biodiversité, avec ce nouveau SDGC, nous allons même plus loin que les préconisations nationales”, pointe Johan Roy, chargé du dossier à la FDC31. Après avoir consulté leurs adhérents et les associations de chasse spécialisées, notamment pour les deux espèces emblématiques que sont la bécasse des bois et la caille des blés, les chasseurs de Haute-Garonne ont ainsi choisi d’être plus restrictifs “pour mieux préserver les populations de ces oiseaux”, précise Johan Roy. Pas plus de cinq cailles par jour pour le chasseur haut-garonnais avec un maximum de 45 par saison, pas plus de six bécasses par semaine pour un maximum de 30 par saison….

la suite ici

Un commentaire sur “Biodiversité, sécurité : la nouvelle feuille de route des chasseurs un article poussé par l’ADB 31”

  • Précision pour la Bécasse
    Concernant la bécasse, en 2014 le plan de gestion cynégétique national, limite le prélèvement maximum autorisé à 30 oiseaux par chasseur par saison.
    Au niveau départemental cette mesure est complétée, par une limitation à 3 oiseaux par jour et par chasseur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *