Rechercher sur le site

contact@becassiersdefrance.com

Congrés National 2011 Toulouse

C’est au pays du rugby que s'est tenu les 4 et 5 juin 2011 le congrès annuel de "Bécassiers de France".

Yves Samyn, Claude Dilhan et leurs amis de l'AdB31 avaient eu la bonne idée de regrouper les différents centres d'activités du congrès dans et autour de la Fédération Départementale des Chasseurs de la Haute-Garonne qui avait aimablement mis à notre disposition ses locaux pour le week-end. Christian Loubet dont on connaissait les talents de narrateur, en profita pour nous faire également découvrir ses talents de peintre.


Un CA en lever de rideau de la finale de rugby

Dès le samedi 11 heures les retrouvailles furent chaleureuses à l'approche de la finale du Top 14. Mais dès l'après-midi, alors que les épouses et les accompagnants visitaient la ville rose et son architecture de brique, les présidents des associations retrouvaient tout leur sérieux pour examiner attentivement et de façon constructive les points inscrits à l'ordre du jour du Conseil d'Administration,.

Le bilan financier excédentaire fit vite la place au choix du prochain congrès. Ce sera la Corrèze les 2 et 3 juin 2012. André Rigaud reprend du service à la satisfaction de tous.

Les calendriers 2011/2012 vont être imprimés, ils ont toujours beaucoup de succès, Thomas Berthon nous en présente la maquette. Ils couvrent la période 1er juillet 2011-31 décembre 2012.

Les commissions créées l'an dernier à Bordeaux se portent bien.

La commission développement a enregistré la création de l'AdB13 et le 17 mai l'AdB26 a déposé ses statuts. Son président Denis Allouche était d'ailleurs présent parmi nous, pour nous faire part du dynamisme de cette association qui espère doubler le nombre de ses adhérents dans l'année.

La commission environnement nous a annoncé une nouvelle très importante: la signature par la ministre de l'environnement, de l'agrément de "Bécassiers de France" au titre de la protection de l'environnement. L'inscription au Journal Officiel n'est plus qu'une question de jours. Michel Navette responsable du dossier a été chaleureusement applaudi. (NDLR : inscription au J.O. du 8 mai 2011)

Pour la commission technique, Pascal Repiton nous annonce que le mémoire de cette année est déjà prêt.

 En avant première de l'AG du lendemain il nous parle des premières conclusions de la saison passée caractérisée sur le plan comptable par un ICA et des prélèvements en baisse. Globalement un pic migratoire a été observé fin novembre et s'est maintenu les mois suivants jusqu'en février mois au cours duquel les oiseaux présents sur les côtes ont vraisemblablement investi l'intérieur des terres.

Sur le plan pratique, un appel est lancé pour intensifier la saisie interactive mise en place cette année et déjà performante. Les problèmes de saisie dus à certains navigateurs ne seront désormais qu'un mauvais souvenir.

La cellule de veille a commencé à suivre les évènements russes dès le mois de mai, son travail s'est poursuivi par la migration automnale. Grâce au réseau de sentinelles mis en place par Daniel Vingdiolet, un suivi précis de la saison a pu être réalisé. Il laisse apparaître, ce qui avait été prévu par divers comptages pré-migratoires, un déficit d'oiseaux de 25% environ, à confirmer toutefois par d'autres sources. Dans son ensemble, la migration s'est caractérisée par une descente tardive des oiseaux (fin novembre), des conditions climatiques sévères avec froid et neige poussant les oiseaux vers le sud et les côtes. Ceci a engendré des concentrations et des "vides" avec un âge ratio pouvant quelques fois descendre sous la barre des 50%. Face à cette situation, 85% des fédérations ont pris des mesures de modération.

La cellule de vielle dont tout le monde a remarqué l'excellent fonctionnement depuis sa création va perdre son capitaine Daniel Vingdiolet pendant une saison en 2012/2013 pour raison professionnelle. Michel Gentile, qui sera formé à cette tâche par Daniel, assurera l'intérim.

Concernant le PMA, Patrick revient sur les dernières informations en sa possession. Une note de la FNC fait état de l'impression en cours des carnets pour la saison prochaine. Une démarche dans laquelle BdF a pris toute sa place. Cette note indique aussi la volonté du Président Baudin de faire adopter le PMA et le carnet en Italie et en Espagne. Nous voulons croire à la réussite de ce nouveau challenge.

La veille, Patrick avait reçu une communication téléphonique du Président Baudin,  qui s'excusait de son absence pour le congrès ayant pris auparavant d'autres engagements, mais il assurait Patrick de sa présence à notre prochaine assemblée générale.

La notion de "carnet bécassier", pour dénombrer les pratiquants réguliers, avait été évoquée  à Gimel. Jean-Pierre Senmartin suggère l'idée d'un courrier à adresser à la FNC souhaitant, moyennant une simple case à cocher sur la demande de validation du permis, que ce carnet soit ainsi réclamé par le bécassier qui s'engagerait à le restituer en fin de saison. Pascal Repiton fait remarquer qu'il serait aussi possible de demander que toute bécasse circulant sur le sol français soit munie d'une languette. Cette demande qui va dans le sens des intentions du Président Baudin sera ajoutée au courrier. Ceci dans le but de lutter plus efficacement contre le trafic et  la commercialisation des bécasses.

Dans cet ordre d'idée Jean-Antoine Pécantet et Jean-Pierre Senmartin présentèrent deux affaires de commercialisation de bécasses en restaurant survenues dans les Hautes-Pyrénées. L'une avec des oiseaux importés d'Espagne, l'autre avec des oiseaux fournis par des chasseurs, l'AdB65 s'est portée partie civile pour ces deux affaires, la FDC s'est abstenue sauf avis contraire avéré.

Le Président Courget lève la séance à 18 heures 45.

Place au repas ET A LA FINALE…..


Une A.G. aux accents rouge et noir

Le dimanche matin, retour dans les locaux de la Fédération Départementale de la Haute-Garonne pour l'assemblée générale. Pendant que les épouses et les accompagnants visitaient la Cité de l'Espace toute proche, les congressistes prenaient place dans l'amphithéâtre de la FDC31.

A 9 heures 15 Yves Samyn sourire du vainqueur aux lèvres et cœur rouge et noir, nous souhaita la bienvenue chez les Champions de France 2011 de rugby. Il remercia tous ceux qui par leurs aides diverses lui ont permis la tenue de ce congrès ainsi que le président de la FDC31 qui a mis ses locaux à disposition.


Accueil du Président

Patrick Courget, accueillit ensuite Madame la conseillère générale Jennifer Courtois Périssé,  le Président  Jean-Bernard Portet  président de la FDC31, François Gossmann représentant Jean-Pierre Poly directeur général de l'ONCFS, et Michel Jarrige de la direction régionale de l'ONCFS. Le Président Baudin excusé avait chargé le Président Bergé (FDC58) de le remplacer, mais celui-ci, hospitalisé, était représenté par le trésorier de la FDC58, notre ami Jean-Paul Hérault de l'AdB58. .

Le Président Courget ouvrit l'assemblée générale par un discours de bienvenue aux congressistes en remerciant Yves Samyn et Claude Dilhan pour l'organisation parfaite de ce congrès.

Il rendit ensuite hommage aux pionniers à l'origine de notre association : Francis Muller, Christophe Semont, Michel Navette, Robert Bécanne, Jean Antoine Pécantet sans oublier le regretté Jean Louis Boyer, toujours parmi nous par la pensée et certains autres, plus novices dont faisait partie notre président.

Il souligna le développement de notre association et fit l'historique des réunions et des démarches qui furent nécessaires pour aboutir à l'adoption du PMA national, des actions auxquelles il faut bien sûr associer Jean-Yves Calmettes qui y a pris toute sa part lorsqu'il était responsable de la commission technique. L'adoption de ce PMA est une victoire de BdF car il répond à tous nos souhaits dans son esprit et sa réalisation.

Autre pilier de notre association, le mémoire a été l'occasion de saluer le travail de Pascal Repiton, Thomas Berthon, et Lylian Lalanne. Associée à la commission technique, la cellule de veille de Daniel Vingdiolet a fourni encore cette année un gros travail dans une situation difficile.

Appelant ensuite les bécassiers à se rassembler face aux dangers de sanctuarisation de nos territoires avec tous les dangers qui en découlent pour notre activité il informa l'assistance de l'agrément de "Bécassiers de France" au titre de la protection de l'environnement.

Indiquant que l'avenir de la chasse reposait sur les générations montantes, il termina en demandant à tous de continuer à œuvrer dans le sens initié pendant ces dix ans.

Madame la conseillère générale Courtois-Périssé, petite-fille de bécassier souligna l'aspect réfléchi de nos actions, notre connaissance de l'oiseau et de sa problématique. Elle mit en exergue notre rôle dans l'adoption du PMA. Plus généralement elle conforta le chasseur dans le rôle de gardien de la nature et nota le lien qui existe entre chasseurs et agriculteurs.

Le Président Portet se déclara ouvert aux discussions avec les associations, il déplora les conflits qui peuvent exister entre certaines associations et certaines fédérations car la fédération doit être ouverte à tous les modes de chasses.


Le rapport moral : constat et orientations

Dans son rapport moral, Jean-Pierre Senmartin est revenu sur la saison passée pour expliquer la façon dont "Bécassiers de France a géré les évènements de la saison. Suite aux différentes informations recueillies, notes ONCFS et FNC, saisie interactive, suivi météorologique, informations de terrain, notre Président sur avis de la cellule de veille et conjointement avec celle-ci adressa le 8 décembre 2010 une lettre aux présidents de fédérations départementales des chasseurs demandant une réduction de 50% des prélèvements soient 15 oiseaux annuels. Cette mesure est conforme à la motion de Carcassonne votée à l'unanimité en 2007 pour palier les effets d'une mauvaise reproduction. Une fermeture anticipée ou un PMA 0 nous privent des données que sont l'ICA et l'âge ratio, elles pénalisent donc la réalisation de notre mémoire. Les données issues du baguage (IAN et âge ratio) ne remplacent pas celles issues de la chasse, toutes deux sont complémentaires.

Revenant sur le PMA le secrétaire général souligne le rôle qu'a joué BdF pour son adoption en assemblée générale de la FNC. S'en passer reviendrait à ne rien faire ou à mettre en place des solutions extrêmes (fermetures anticipées, limitation des jours de chasse) que nous pourrions regretter par la suite. Le PMA est une mesure souple, capable d'éviter les abus, de contrôler les prélèvements tout en maintenant une activité du chasseur à un niveau raisonnable.

Si "Bécassiers de France" prend toute sa place dans le maintien en l'état de notre activité, nous ne devons  pas perdre de vue que nous travaillons au sein d'un ensemble d'intervenants du monde bécassier, en tant qu'association de chasse spécialisée sur une petite partie de l'aire de répartition de la bécasse, rien de plus. Nos souhaits de gestion sont passés au crible d'intérêts divergents, de fait nos propositions ne doivent en être que plus réfléchie pour espérer leur acceptation par le plus grand nombre. Toutefois il est essentiel d'identifier clairement nos adversaires, c'est pour cela que, face aux dangers qui guettent notre loisir, BdF a répondu présent à la sollicitation du Président Baudin qui demandait notre appui dans la lutte contre les anti-chasses.

 Nous devons donc penser nos actions et nos revendications en fonction des dangers qui nous menacent pour ne pas prêter le flanc aux attaques. A "Bécassiers de France", nous avons toujours prôné la défense de la bécasse et de sa chasse, à notre niveau nous n'avons, je pense, jamais failli sur le premier point alors ne manquons pas aussi de rester ferme sur le second.

La fourniture des données recueillies à la chasse est essentielle pour notre défense et notre crédibilité, faisons donc l'effort de saisir les relevés de chasse et d'y joindre les ailes, c'est pour nous que nous faisons cela.

L'un des maîtres mots de notre association doit rester la tolérance. Tolérance envers les bécassiers d'autres régions aux conditions de chasse différentes, tolérance également par le respect de toutes les sensibilités politiques par un discours qui respecte la plus stricte neutralité d'opinion.

Enfin Jean-Pierre Senmartin revint sur l'agrément de "Bécassiers de France" au titre de l'environnement, pour remercier tout ceux qui ont permis cette avancée par leurs actions, et leur dévouement à cette cause. Une mention particulière fut adressée à Michel Navette, qui a initié, réalisé et suivi le dossier avec efficacité et compétence.

En conclusion un appel à la vigilance fut lancé. Vigilance sur tous les dangers qui menacent notre oiseau tant en reproduction qu'en migration, mais vigilance aussi envers tout ce qui peut nuire au bécassier et à son activité, pour cela, le soutien de tous les intervenants de la chasse, décideurs ou communicants, est indispensable.


Parlons données techniques

Après que Michel Navette eut pris la parole pour expliquer le déroulement et les enjeux de notre agrément environnemental, Pascal Repiton dressa la physionomie de la saison sous l'angle technique.

Tout d'abord il rendit hommage à son prédécesseur dans le  poste, Jean-Yves Calmettes qui a initié tout le protocole utilisé aujourd'hui. Un développement plus précis et plus argumenté sera fait par Pascal sur ce site, je ne m'étendrai donc pas. Je me bornerai simplement à dresser le portrait type du bécassier BdF : temps moyen nécessaire pour voir une bécasse 2h35, pour en tuer une 9h40, et 6 bécasses en moyenne prélevées par chasseur.

Daniel Vingdiolet pour la cellule de veille expliqua la réalité de l'été russe, point de départ de la mise en place du réseau de sentinelles et de l'observation minutieuse de ses conséquences sur la vie de notre oiseau. Il présenta aux congressistes le déroulement de la saison, dévoilé la veille en CA, en expliquant les évènements à la lumière de la météo qui cette année fut déterminante tant par la sècheresse estivale en Russie que par le froid automnal et la neige dans l'hexagone.

François Gossmann termina ce volet technique par le point de vue "officiel" sur la saison.

La saison de reproduction commença par un déficit de mâles crouleurs au printemps 2010. Suivit la sècheresse et ses conséquences : fait exceptionnel, aucune découverte de nids ou de nichées ne fut réalisée entre mai et juillet. Les bécasses volantes se sont réfugiées alors dans des zones d'aulnes plus humides. Ces conditions sévères ont deux conséquences : une mortalité importante et une mue perturbée, pénalisant les oiseaux avant leur grand voyage.

La zone touchée par les incendies représente probablement 3 millions d'hectares soit la superficie d'une région française. La régénération de la forêt russe compte tenu de son sol, des conditions météo locales et de son peuplement arboré, sera d'une dizaine d'années.

En migration les conditions météo ont bien sûr favorisé certaines concentrations de bécasses, c'est pour cela que les chiffres peuvent être trompeurs et doivent être analysés avec prudence. Des poids très faibles ont été observés ponctuellement sur certains secteurs. L'âge ratio a été très faible du 1er octobre au 10 janvier, entre 36 et 45%. La moyenne nationale selon l'ONCFS pour la saison est située juste en dessous de la barre des 50% (pour info elle est de 52% d'après les chiffres BdF).

Les observations en migration font apparaître les points suivants :

· Poids faibles des jeunes

· Mues suspendues des adultes

· IAN très forts en zones côtières

Ces constatations indiquent un impact indéniable sur la population. Une comparaison est possible avec les études faites sur scolopax minor, la bécasse canadienne. Dans les mêmes conditions, on observe chez la cousine : famines, perte de poussins, mues perturbées, baisse de poids, diminution du nombre des juvéniles.

 Selon les graphiques présentés par François, cette saison est à rapprocher de 2002/2003. Yves Samyn, dans un sursaut d'optimisme, fait remarquer une réalité qui apparaît nettement sur le graphique : aux années difficiles succèdent des année fastes. Effectivement la vitalité de l'espèce n'a jamais été prise en défaut, alors croisons les doigts…

Question cruciale !!! Que se passe-t-il cette année en reproduction ?

La migration prénuptiale a commencée chez nous avec deux semaines d'avance. Mais l'arrivée des bécasses sur les sites de nidification a été retardée de deux semaines du fait du froid et de la neige ce qui a généré à la fonte, des réserves d'eau importantes et salutaires. Il y a eu ensuite de bonnes conditions sans froid. Du fait du retard à la remontée le pic d'éclosion a été retardé du 20 mai au début juin. Les températures augmentent actuellement, espérons qu'une canicule ne va pas à nouveau s'installer durablement. Un comptage est en cours depuis fin mai, on n'en connaît pas au moment du congrès les résultats.

Claude Dilhan pose une question au sujet de la prédation : l'importance, la nature ? On n'en sait rien pour l'instant les études manquent, de même en ce qui concerne les conditions d'une deuxième couvée.

Sur ces paroles instructives et, somme toute, tintées d'un optimisme relatif et raisonnable Yves clôture cette AG et nous invite à nous retrouver au restaurant.

Au cours de l'apéritif,  Michel Navette a organisé une petite manifestation pour marquer les 10 ans de "Bécassiers de France". Il a remis un petit souvenir en pensant principalement aux pionniers qui ont participé à la première réunion de création en 1999 à Toulouse. Le traditionnel repas a clôturé cette manifestation.

Ce congrès a été une réussite Yves et Claude n'ont pas ménagé leurs effort, Yves plutôt sur le CA et l'AG, Claude pour promener les dames et veiller aux agapes, tous deux ont été parfait, j'en connais qui ont pris des notes…

Plusieurs congressistes m'ont rapporté le plaisir qu'ils avaient pris pendant ces deux jours du fait de la tenue des débats, du climat détendu et du réel plaisir de se retrouver, j'ai moi aussi ressenti cela. Un essai (bien) transformé en quelque sorte.

Maintenant c'est à toi André, pour le prochain congrès en Corrèze.



JP Senmartin