Rechercher sur le site

contact@becassiersdefrance.com

Intervention de Patrick Courget

Chers amis,


C’est  avec beaucoup de plaisir et de fierté que l’ANCBCA vous accueille ici en Gironde dans notre belle fédération qui nous est toujours ouverte.

Je profite de cette occasion pour remercier son président Henri SABAROT, toujours à notre écoute et Guy Pineau administrateur fidèle de nos réunions,  de leur accueil et de leur présence qui nous honore.


Je ne peux commencer cette réunion sans avoir une pensée émue pour celui qui a été un des pionniers du rassemblement de "Bécassiers de France" qui nous a quitté cette année : Jean Louis BOYER. Ses conseils éclairés et sa disponibilité nous ont beaucoup aidé, il nous manque beaucoup.

Je vous demande de bien vouloir observer une minute de silence à sa mémoire.


Nous voici donc rassemblés pour notre 10èmeAG et c’est tout un symbole car, comme lors de notre première AG, l’assemblée générale constitutive, c’est à Bordeaux que nous nous retrouvons.

La fédération a déménagé et s’est installée dans ce magnifique cadre de Pachan, mais nous sommes toujours sur son site pour écrire une nouvelle étape de la  vie de notre association.


Un bref historique s’impose.

Après plusieurs réunions de prise de contact, c’est donc à Bordeaux que 8 présidents d’associations de bécassiers existantes se réunissent pour sceller leur union dans la fédération, le groupement la coordination, l’association, appelons la comme l’on veut : "Bécassiers de France" .


C’est Francis Muller, à l’époque membre du conseil d’administration de l’ANCBCA et maintenant président de l’ADB 64, qui, au cours de ses nombreux déplacements sur l’ensemble du territoire, avait rencontré des collègues bécassiers Christophe SEMONT, Jean Louis BOYER, Michel NAVETTE qui connaissaient l’existence d’associations indépendantes souhaitant rassembler leurs idées communes pour le la sauvegarde de la bécasse et le maintien de leur passion.

"Bécassiers de France"  a grandi et évolué petit à petit, rejoint par de nouvelles associations qui ont apporté du sang neuf et des idées nouvelles.

Tout cela n’a pas été sans mal, nous avons tous connu des moments difficiles avec parfois des attaques personnelles contre certains d’entre nous mais l’esprit de « famille » a joué pour faire front face à ces calomnies.

C’est cet esprit qui doit perdurer au sein de "Bécassiers de France".

"Bécassiers de France"  est une association atypique dont le fonctionnement diffère d’une association classique, c’est cela qui fait son originalité.

Nous avons toujours souhaité et c’est le fondement de notre union que le particularisme et les sensibilités des départements et régions soient respectés dans nos actions et nos demandes.

Nos statuts que nous avons remodelés et approuvés aujourd’hui doivent permettre le bon fonctionnement de ce groupement qui ne doit oublier personne car, comme pour l’ensemble de la chasse française, on a besoin de tous pour travailler, progresser et se défendre.

Cette originalité, notre écoute de tous et notre respect des autres séduisent et attirent de nouveaux  adhérents qui font augmenter le nombre d’associations.

Il faut féliciter les nouveaux nés l’ADB 44, l’ADB 64 et l’ADB 35 et l’ADD 74 qui viennent de voir le jour très récemment.

Il est relativement facile de se créer, il faut ensuite durer et se développer mais elles peuvent compter sur notre aide.

La reconnaissance d’une association nouvelle dans le monde cynégétique n’est pas facile surtout lorsqu’on vous met des bâtons dans les roues.

Mais notre travail notamment au niveau du mémoire, notre honnêteté, la simplicité et la logique de nos idées et de nos positions ont été peu à peu reconnues.

La FNC nous a aidé depuis le départ (la 2ème assemblée générale a eu lieu dans ses locaux à Paris à l’époque, souvenez-vous),  mais il a fallu de solides appuis  pour être invité dans les grandes discussions sur le PMA au Ministère cette année, (merci à ceux qui nous ont poussés).

Une jeune association comme la notre a des choses à apporter, il faut en être conscient et donc continuer à travailler dur pour y arriver.

Cela doit être une motivation pour tous, nous avons tous, à n’importe quel niveau de notre association départementale, un rôle à jouer, des idées à apporter pour faire avancer la machine et œuvrer pour la défense de notre passion.


Notre association a grandi et progressé.

Les raisons :

Ses travaux et ses prises de positions claires et simples

Au niveau des travaux, le fer de lance est

-    le mémoire annuel, compilation de toutes vos observations, adressé aux instances cynégétiques, qui contribue à la connaissance de l’espèce bécasse au travers des données exigées pour le maintien des périodes de chasse des espèces migratrices.

Le bilan annuel des relevés de tous les départements n’est pas en progression cette saison  et les délais d’envoi des départements pas toujours respectés, comme cette année.

Nous en avons fait notre priorité pour la saison prochaine

Félicitons Jean Yves pour son travail énorme et sa patience.


- le dossier d’agrément de « Protection de la Nature » élaboré par Michel Navette qui est dans la ligne droite finale pour l’agrément

Merci Michel pour ce gros travail de compilation des actions des associations départementales et souhaitons qu’il aboutisse vite.


- le site de "Bécassiers de France" refait entièrement par Pascal REPITON est plus attractif, plus vivant et ouvre une large place aux associations, aux chiens et la bécasse

Félicitations Pascal.


Ajoutons à cela le calendrier mis au point pour la 2ème année consécutive par Thomas BERTHON.

Il est disponible dès aujourd’hui sous une forme identique à celle de l’année passée avec cette année les lunes pour ceux qui les réclamaient et une fiche de relevés, vous n’auraient pas d’excuse pour ne pas nous la renvoyer.

Merci THOMAS pour ton travail et félicitation pour la création de l’ADB 74 .


- et puis il y a la revue qui, entre parenthèse paraîtra un peu plus tard ce mois ci pour cause d’assemblée générale, en effet il nous a semblé bon de la repousser d’une quinzaine de jour, pour y faire le compte rendu de notre réunion d’aujourd’hui (au mois de septembre, ça aurait été du réchauffé).

La revue c’est une vitrine que vous devez tous améliorer, agrémenter de vos anecdotes, points de vue, photos, coups de gueule etc… c’est votre revue, faites la vivre !!!


Nos actions cette année, vous les connaissez tous, elles vous ont été relatées au fur et à mesure dans la revue.

Il a eu bien sûr le feuilleton du PMA avec les multiples réunions auxquelles nous avons assisté avec Jean Yves et défendu la position commune de "Bécassiers de France" non sans mal ni accrochage.

Tout cela pour accoucher d’un décret généraliste relativement satisfaisant qui abroge le décret COCHET et d’un projet d’arrêté ministériel non encore signé qui ne satisfait personne par ses contraintes et maintien le flou de la situation actuelle.


Puis le dossier « vague de froid » qui est en cours  au Ministère.

Les réunions se succèdent, nous n’avons pas pu y assister mais nous avons envoyé notre avis.

Le protocole en cours semble assez bien fonctionner pour nous et nous ne voyons pas grande modification à y apporter, si ce n’est que l’on ne doit pas, là encore, laisser trop d’emprises sur ce dossier aux « pseudos protecteurs ». 


Sur ces dossiers importants, nous sommes consultés par le Ministère ou les instances cynégétiques.

Cela signifie que nous sommes reconnus et que notre travail depuis 9 ans a payé.

Il faut donc continuer tous ensemble, à tous les niveaux des associations, je le répète car c’est capital, pour avancer encore.

Notre travail doit s’effectuer dans la sérénité, sans ambition personnelle, pour accroître notre représentativité sur le terrain.

Une augmentation du nombre d’adhérents et d’associations affiliées entraînera également une augmentation du nombre de relevés pour notre mémoire.

Il est indispensable que nous progressions encore sur ce point.

Les études et les documents sont obligatoires pour défendre notre passion et par là même l’oiseau de nos rêves, car sans suivi de la bécasse plus de chasse à terme.


Cela m’amène à évoquer les menaces qui pèsent toujours sur la chasse.

Elles sont toujours aussi présentes et variées, je n’en prendrai que 3 qui me paraissent essentielles :

- les espèces :

 La liste des espèces en mauvais état de conservation est toujours à l’ordre du jour, la bécasse y figure toujours.  D’autres espèces voient leur chasse gelée souvent faute de données.

Il ne faut pas en arriver là pour la bécasse. C’est pour cela que la fournitures d’informations précises sur les espèces sont indispensables pour contrer nos opposants qui, les mains vides, lancent des affirmations souvent prises pour argent comptant (nous avons ces données pour la bécasse pas pour d’autres espèces).

 

- Les dates 

Rien n’est réglé pour les migrateurs et le gibier d’eau notamment. Les différentes tables rondes n’ont pas apporté les résultats escomptés et la mauvaise foi de nos opposants est toujours aussi forte.

Aux dates d’ouverture et de fermeture, s’ajoute la menace du « dimanche sans chasse » relancé par l’ASPAS, association redoutable s’il en est.

Imaginons par exemple l’impact de l’absence de battues le dimanche sur les populations d’animaux déjà trop nombreux (sangliers, et cervidés).




- Les territoires :

NATURA 2000 ressurgit de plus belle avec la notion de perturbation dans ses zones. La condamnation de la France qui avait considéré que la chasse et la pêche ne constituaient pas des activités perturbantes fait ressurgir le spectre du gel et de la sanctuarisation de ces territoires.

Je vous laisse imaginer la conséquence de l’interdiction de la chasse dans les zones concernées sur notre manière de chasser et sur le nombre de pratiquants.


Nous sommes bien là dans la logique de suppression pure et simple de la chasse populaire que nous aimons et défendons, prônée par une poignée d’irresponsables subventionnés par l’argent public, donc le notre.


Ajoutons à cela les attaques fréquentes des groupuscules terroristes de la Protection animale tel que l’ALF (Front de Libération Animale) qui vient de s’en prendre aux locaux de la fédération des chasseurs du GARD après toutes leurs actions contre les éleveurs, les abattoirs et les fourreurs.


Tous les chasseurs doivent s’unir pour faire face à ces graves dangers qui nous menacent tous au lieu de se diviser et de prêter le flan à des attaques sournoises et répétées

"Bécassiers de France"  a un rôle à jouer dans cette œuvre de rassemblement de tous les chasseurs.


Nous avons comme vous le voyez encore beaucoup à faire.

Nous devons accomplir ces taches tous ensemble, forts et unis avec pour seul but le développement de "Bécassiers de France" et la sauvegarde de la Bécasse et de sa chasse


Je compte sur vous.

Longue vie à "Bécassiers de France"