Rechercher sur le site

contact@becassiersdefrance.com


Communiqué de presse

 

 

Début de la saison de la chasse :

Attention au risque de tularémie


 

Face à l’augmentation du nombre de cas humains de tularémie observé en France depuis plusieurs mois, la Direction générale de la santé (DGS), l’Institut de veille sanitaire (InVS), l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES) et l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) souhaitent informer les populations à risque, en particulier les chasseurs, et rappeler les principales mesures de prévention. Au 4 septembre 2015, l’InVS a déjà répertorié 71 cas de tularémie contre 57 en 2014, et une moyenne annuelle de 45 cas déclarés depuis 2003. Les cas de tularémie identifiés en 2014 et 2015 présentent des caractéristiques similaires à ceux des années précédentes, sans signe de gravité particulier. Les régions les plus touchées sont le grand Ouest (18 cas en Pays de la Loire, 9 cas respectivement en Bretagne, Centre et Poitou-Charentes) et la zone Picardie (20 cas)/Champagne-Ardenne (9 cas).

La tularémie est une maladie qui se transmet soit par contact direct avec des animaux sauvages contaminés (le plus souvent des lièvres), soit par piqûre de tique, ou à partir d’un environnement contaminé par des déjections animales (urines de rongeurs), en particulier en zone rurale. Les principales voies d’entrée de la bactérie sont l’inoculation ou l’inhalation. La maladie se manifeste après 2 à 4 semaines d’incubation par de la fièvre, une augmentation de la taille des ganglions lymphatiques, et parfois un ulcère cutané. Plus rarement, une conjonctivite ou une pneumonie peuvent survenir. En Europe, en raison de la circulation de souches bactériennes peu virulentes, la tularémie est une maladie de très bon pronostic avec un traitement antibiotique approprié.

Les chasseurs représentent une population plus exposée, notamment lors des opérations de dépeçage et d’éviscération du gibier, c’est pourquoi la Direction générale de la santé (DGS), l’Institut de veille sanitaire (InVS), l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES) et l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) rappellent les mesures de prévention suivantes :

         porter des vêtements à manches et jambes longues pour les activités de loisirs en forêt, et rechercher les tiques sur la peau au retour des activités de plein air ;

 éviter de chasser des animaux apparemment faibles ou malades en vue de leur consommation;

 porter systématiquement des gants étanches pour réaliser le dépeçage et l’éviscération du gibier, nettoyer méticuleusement le couteau - en conservant les gants - , se laver soigneusement les mains et les avant-bras après ces opérations ;

 en cas de blessure accidentelle lors du dépeçage ou de l’éviscération, la plaie doit être immédiatement nettoyée au savon et à l’eau ;

 cuire à cœur la viande de gibier avant de la consommer

 enfin, en cas de symptômes évocateurs tels que la fièvre associée à des ganglions de taille augmentée ou une plaie cutanée cicatrisant difficilement, il convient de consulter un médecin et de lui mentionner l’activité de chasse.

Liens utiles :

 

Ministère des Affaires Sociales, de la Santé et des Droits des femmes : http://www.sante.gouv.fr/tularemie.html
Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage :
http://www.oncfs.gouv.fr/Reseau-SAGIR-ru105

Institut de veille sanitaire : http://www.invs.sante.fr/Dossiers-thematiques/Maladies-infectieuses/Zoonoses/Tularemie/Donnees-epidemiologiques

 

 

 Anouk DECORS

Responsable scientifique - Réseau SAGIR

Unité sanitaire de la faune

Direction de la Recherche et de l'Expertise

01 30 46 60 40

06 82 65 85 61

anouk.decors@oncfs.gouv.fr






Jean Antoine passe la main




Depuis 1973 notre ami Jean-Antoine Pécantet a consacré toute son énergie et une grande partie de ses loisirs à la défense de la bécasse et de sa chasse, au CNB d'abord, puis à partir de 1998 à la tête de l'AdB65 dont il a été le créateur.

Il a souhaité mettre un terme à ses responsabilités associatives en organisant les 1 et 2 juin le congrès national 2013 de Bécassiers de France.

Il quitte donc aujourd’hui la présidence de l'AdB65 mais reste membre du bureau, et continuera ainsi à nous prodiguer ses précieux conseils.

Réuni le 17 septembre 2013 le bureau l'a élu à l'unanimité Président d'Honneur de l'association, et Jean-Pierre Senmartin Président.





 

Nouvelle composition du bureau :

Membres :   

 

 

Le Bureau de l'AdB65.



Nécrologie:

Lors de notre récent Congrès ,nous avons eu le plaisir d'accueillir le Maire de Bagnères, Rolland Castells, venu partager avec nous l'apéritif lors de la soirée du samedi au Domaine de Ramonjuan.  A travers les conversations à bâtons rompus,chacun a pu apprécier la présence du personnage,sympathique et totalement dévoué à l'essor de son terroir. Il avait tenu à nous honorer par la remise-surprise de la médaille d'honneur de sa ville aux Présidents P. Courget, R.Lana et JA Pécantet.

Hélas,lors de vacances en Espagne, la nouvelle est tombée de son décès subit, à 66 ans.

Au nom de Bécassiers de France,nous avons participé à l'hommage vibrant qui lui a été rendu en ce début août par une foule unanimement consternée.

Nous renouvelons notre vif témoignage de sympathie reconnaissante à sa famille et à son Conseil Municipal.















Robert Lana, Rolland Castells, Patrick Courget, Jean Antoine Pécantet

Lors de la remise de la médaille d’honneur de la ville de Bagnères de Bigorre


Je vous informe que le Préfet de Région vient de prolonger l’interdiction de la chasse de la bécasse des bois, du pigeon ramier (palombe), de la tourterelle des bois, de la tourterelle turque et de la caille des blés jusqu’à la fermeture, à savoir : le 20 février 2012 inclus, dans tous les départements de Midi-Pyrénées.
Attention : La chasse de ces espèces étant interdite, cela signifie que les chasseurs ne peuvent pas sortir leurs chiens pour rechercher ces oiseaux.
 Je vous demande de faire circuler cette information auprès de tous vos camarades chasseurs.
PS : Pour les grives c'est fermé depuis le 10 février 2012.
Thierry CABANES
Président de la Fdc-82




Bécasse baguée bancale




Des bécasses brévirostres dans l’isère !!!


Sur les communes de Commelle / Chatonnay le même jour et 15 jours avant à Meyrieu trois bécasses jeunes  brévirostres ont été  prélevées.

- Le 19 /11 sur Commelle,  une de 300 g,  et le même jour sur Chatonnay une de 290 g

- 15 jours avant une sur Meyrieu une de 250 g


Ces communes sont limitrophes.  Aurait on là,  la même  nichée avec la même malformation ?


La bécasse de Commelle a été prélevée par Mickael Peyron Armurier très connu de la région (et compétent NDLR).  L’oiseau levé trois fois était en pleine forme.  



Saison Bécasse 2011/12 : prédiction consolidée d’une saison moyenne

La migration des bécasses en Russie touche à sa fin et les captures par les bagueurs russes s’achèvent. La prédiction d’ICA annoncé au 10 octobre est quasi inchangée puisqu’elle s’établit au final à 1,36 (intervalle de prédiction : 1,22 – 1,50). Les proportions de juvéniles dans les captures s’élèvent à 74,5 % pour la Russie centrale et 80,3 % pour la Russie du Nord-Ouest.  Nous n’avons donc, à l’heure actuelle, pas de craintes particulières pour cette saison qui s’annonce moyenne. Les premiers oiseaux ont déjà été vus dans plusieurs régions françaises aux dates habituelles.


Yves Ferrand & François Gossmann

Direction des études et de la recherche/ CNERA Avifaune migratrice

Office national de la chasse et de la faune sauvage


Saison 2011/2012 : une année moyenne en prévision pour la Bécasse des bois

 

Un modèle prévisionnel d’abondance des bécasses des bois est désormais disponible. Ce modèle s’appuie sur l’analyse des bécasses capturées par les bagueurs en Russie centrale au début de la migration post-nuptiale. Il permet de fournir une estimation de l’ICA en France et de classer la saison à venir comme bonne, moyenne ou mauvaise.

Au 10 octobre 2011, le modèle prévisionnel donne un ICA de 1,37 (intervalle de confiance : 1,23 – 1,51). Le pronostic est donc celui d’une saison 2011/2012 dans la moyenne des 12 dernières années, à un rang proche de 1998/99, 1999/00, 2003/04 et 2006/07.  A noter que compte tenu des conditions météorologiques actuelles en Russie (relative douceur des températures), les captures se poursuivront probablement pendant encore une semaine et une nouvelle prévision pourra être fournie autour du 20 octobre.

 

Yves Ferrand & François Gossmann

Direction des études et de la recherche/ CNERA Avifaune migratrice

Office national de la chasse et de la faune sauvage



Suite des nouvelles de Russie (11/08/2011)

Ce qu’on peut dire c’est que le mois de juillet a été plus chaud que la moyenne en Russie européenne, environ 2-3 degrés au dessus des normales saisonnières. Mais cela n’a rien à voir avec la situation de 2010. Les incendies dont on a parlé cette année ont eu lieu en Sibérie et ne concernent pas les habitats de « nos » bécasses.

La saison de reproduction s’est déroulée dans des conditions météorologiques globalement satisfaisantes pour les oiseaux.

Donc, à l’heure actuelle, nous n’avons pas d’inquiétudes particulières



Des nouvelles de Russie


Quelques feux de tourbières ont semble-t-il repris mais aucune commune mesure pour l'instant avec l'année dernière.

Des feux de forêts sont signalés, mais en Sibérie donc quasi pas d'incidences pour nous.

Voici un petit résumé de ce que l'on peut dire à l'heure actuelle:

 Le printemps en Russie est apparu avec environ 15 jours de retard par  rapport à la normale, après un hiver long et très enneigé. Avril a été froid avec des chutes de neige. A partir de fin avril jusque  début juin, l'humidité et la chaleur ont dominé. A l'heure actuelle, les températures sont un peu plus élevées que la moyenne  et les précipitations un peu plus faibles. Les premières bécasses sont arrivées aux dates habituelles mais le pic de migration a été noté plutôt vers la fin avril.
Les chasseurs à la croule ont relevé des effectifs de mâles relativement faibles, suite logique de nos observations en automne-hiver. Toutefois la concordance entre la période de chasse autorisée et le passage migratoire  n'est pas toujours parfaite, et peut fausser l'estimation. Pour information, depuis 3 ans la période de chasse à la croule en Russie est de 16 jours (au lieu de 10 précédemment) mais, cette saison, des mesures de limitation des prélèvements ont été prises dans différentes régions (réduction du nombre de licences, PMA de 2 oiseaux/jour) suite à notre alerte de l'automne dernier sur la faiblesse des effectifs migrateurs et hivernants.

En résumé, les conditions météorologiques et les réserves en eau libérées lors de la fonte des neiges hivernales ont créé un contexte tout à fait  favorable pendant la ponte, la période de couvaison et le pic d'éclosion des bécasses en Russie européenne. Donc pas d'inquiétude particulière à ce jour, mais la surveillance constante des températures et des précipitations reste  de mise.


Yves Ferrand


L'Association des Bécassiers des Hautes-Pyrénées sera présente au salon Tarbes Pyrénées Passion du 24 au 26 juin.

Venez nombreux nous rendre visite sur notre stand, pour parler, de bécasse, de chiens, de chasse, et de la dernière saison, atypique mais très riche en enseignements.



Nous vous informerons également sur la façon de reconnaître les oiseaux jeunes des adultes, sur les dernières informations concernant la reproduction en Russie, et sur les perspectives pour la saison à venir.




Alors n'hésitez pas à nous rencontrer, un accueil très convivial vous sera réservé.



Rôle d’une association de protection de l’ environnement


Principe

Une association de protection de l'environnement possède des facultés particulières pour engager des procédures devant la justice.

Elle occupe également un rang privilégié parmi les acteurs amenés à participer aux débats publics et aux consultations ministérielles sur les questions d'écologie et de développement durable.

Pour être reconnue comme telle, une association doit disposer d'un agrément spécifique.

Rôles et prérogatives


Action devant les juridictions administratives

Une association de protection de l'environnement possède la faculté particulière de pouvoir engager des recours devant les juridictions administratives (tribunal administratif, cour administrative d'appel ou Conseil d'État), notamment par le moyen de référés , dès qu'elle estime qu'une décision publique porte une atteinte dommageable à la nature ou à l'environnement.


Action devant les juridictions pénales

Une association de protection de l'environnement peut également porter plainte contre les auteurs d'infractions en rapport avec des dispositions législatives relatives :

    à la protection de l'eau, de l'air, des sols des sites et paysages, des espèces animales ou végétales, l'urbanisation,

    ou à la lutte contre les pollutions, les nuisances, la sûreté nucléaire,

    ou à des pratiques commerciales ou des publicités trompeuses.

Elle peut également se constituer partie civile du procès engagé à la suite de sa plainte, si les faits constituant l'infraction portent un préjudice direct ou indirect aux intérêts collectifs que l'association défend.


Action devant les juridictions civiles

L'association de protection de l'environnement peut agir en réparation pour le compte de personnes ayant subi un préjudice individuel en matière d'environnement si elle a été mandatée pour ce faire.


Participation aux débats publics

L'association de protection de l'environnement est invitée à prendre part à tous les débats publics officiels touchant à l'environnement et aux instances consultatives locales ou nationales concernées par l'écologie et le développement durable.


Elle est notamment souvent sollicitée pour :

    les projets de plans locaux d'urbanisme (PLU),

    les plans locaux de prévention des risques majeurs (inondations, catastrophes naturelles et industrielles, etc.)

    les réunions de comités locaux d'information (CLI), dans les territoires proches de centrales nucléaires,

    les consultations préalables à la construction de grands aménagements ou infrastructures, organisées par la commission nationale du débat public (CNDP).


Une communication de la FDC 26

Nous remercions fortement, Monsieur le président Hurtevent pour cette information, et nous en profitons pour souligner le travail que la FDC 26 mène sur l’oiseau en collaboration avec les autres Fédérations  de la Région Rhône Alpes.  La prise de position de la  FDC 26 , alignée sur la démarche BDF Rhône Alpes lors de l’hivers précédent a été apprécié à sa juste valeur.


Reçu Par mail


J’ai le grand plaisir d’informer les scientifiques et les passionnés de la « reine des bois » de  la naissance et du baguage de 4 oisillons en Drôme provençale . Ce plaisir est double. Il permet en effet à un président de fédération, d’une part, de mettre en exergue un bel exemple concret de suivi scientifique, d’autre part, de dire toute sa satisfaction quant aux résultats d’une collaboration intelligente et efficace entre les personnels de la fédération et ceux de l’ONCFS de la Drôme. Le 17 avril 2011, M. Donzet, président de l’ACCA de Villeperdrix informe M. Fallais, agent de développement de la fédération, de l’observation de deux « bécasseaux » lors d’une cueillette de champignons sur la commune de Cornillon sur l’Oule. M. Fallais en informe immédiatement M. Chabanne, agent de l’ONCFS et bagueur du réseau bécasse. Une  prospection  minutieuse de la zone, effectuée le 19 avril, permet, à défaut des oisillons, de découvrir le nid comportant 4 œufs éclos. M. Fallais persévère dans sa recherche et découvre le 21 avril la bécasse et ses « bécasseaux ». Conformément à ce qui avait été convenu entre les parties , M. Chabanne est alerté et se rend sans délai sur place, puis procède avec l’agent de la fédération au baguage des oiseaux. Ces derniers pèsent entre 39 et 42 g et seraient âgés de 4 à 7 jours.

Il est par conséquent loisible de comprendre ma grande satisfaction non pas seulement quant à l’action elle-même, bien qu’elle soit remarquable au demeurant, mais bien davantage de l’esprit de partenariat dans lequel cette opération a été conduite où la persévérance et la réactivité des personnels concernés  font honneur au monde de la chasse et  méritent à cet égard d’être saluées.

.....

Alain HURTEVENT  Président Fédération des chasseurs de la Drôme




Venez à notre rencontre au Festival du chien et de la chasse les 14 et 15 mai à Alpexpo Grenoble !


Cet événement unique a pour ambition de réunir les acteurs de l'univers du chien, de la chasse, de la pêche et de la nature avec notamment la présence de la Fédération Départementale des Chasseurs de l'Isère sur plus de 800 m²,  de la Société Canine Rhône-Alpes qui organisera pour l'occasion une exposition canine officielle avec CACS  et pour la première fois de la fédération de la Pêche qui animera un nouvel espace ludique et informatif.

De nombreuses animations sont au programme :

* Concours Nationaux Officiels d'Agility, de Fly Ball, d'Obéissance

* Démonstrations de chiens en situation de travail : chiens d'aveugles, chiens pour la détection de drogues ou d'explosifs, chiens truffiers, chiens de chasse..

* Démonstration de Chasse à l'Arc


Venez nombreux nous rendre visite sur notre stand, pour parler, de bécasse, de chiens, de chasse, et de la dernière saison.

Nous vous informerons également sur la façon de reconnaitre les oiseaux jeunes des adultes, sur les dernières informations concernant la reproduction en Russie, et sur les perspectives pour la saison à venir.



Le 31 mars 2011,  Le PMA NATIONAL

Au cours de cette réunion, était à l’ordre du jour, le vote du PMA National Bécasse.

..

Le président DOUARD a présenté l’étude qu’il avait fait sur ce sujet :

Les raisons d’un PMA bécasse et les modalités proposées.

Ces modalités sont les suivantes :

- mise en place d’un PMA national pour la bécasse de 30 oiseaux par saison et par chasseur avec possibilité de déclinaisons hebdomadaire ou journalière laissée à l’initiative des fédérations départementales avec un carnet de prélèvement unique avec languettes de marquage et retour du carnet pour traitement des données.

- Possibilité d’intégrer ce carnet dans le CPU pour ceux qui le souhaite.

Il a montré le carnet envisagé avec le cas où il était intégré dans le CPU.

Il a fait l’étude du coût : pour 1300000 chasseurs, cela revient à 0,25 cents par carnet et, bien sûr, un peu plus moins de carnets ou avec le CPU.  

A une question posée sur l’obligation de retour des carnets et les sanctions possibles en cas de non retour, il a été dit que ce n’était pas précisé dans ces propositions compte tenu des oppositions ressenties lors des réunions et que cela restait à l’initiative des départements et que pour le traitement des données, il n’étaient pas nécessaires d’avoir tous les carnets.


Cela correspond en grande partie à ce que nous demandons depuis le début et à ce que m’avait dit le président Douard le jour du CA de Gimel lors de notre communication téléphonique. Personnellement, le président Douard m’a présenté rapidement la maquette du carnet qu’il avait préparée, (ça semblait correspondre à ce que l’on a en Aquitaine) il m’a indiqué qu’il pouvait répondre à tous les cas qui pouvaient se présenter mais je ne l’ai pas examiné en détail. En taille, il était comme le nôtre et il m’a précisé qu’il passait au lecteur optique pour le traitement des données..

Il l’avait aussi intégré au CPU pour ceux qui le souhaitaient.


Le Président Baudin  a ensuite ouvert le débat demandant à chacun de se prononcer sur 3 articles par un vote qui ne se déroulerait pas à bulletin secret mais oralement pour chaque département. Il a indiqué qui lui semblait primordial que la mise en place de ce PMA vienne de la FNC suivant des modalités choisies par elle et non qu’il soit imposé par le ministère ou l’administration.


Le débat fut très animé.

Tous les départements de l’Est de la France étaient opposés à ces dispositions (carnets, languettes etc.…) tout en étant conscients qu’il était nécessaire de prendre des mesures pour la protection de l’oiseau.

Les chasseurs de gibier d’eau du Nord et du Pas de Calais étaient très opposés à ce PMA car ils ont peur qu’on leur impose un PMA pour toutes les espèces de canards. Le mot PMA étant pour eux un mot à rejeter, d’autres termes ont mêmes été avancées (Plan Quantitatif de Gestion etc.…) pour remplacer ces mots. Beaucoup ont dit qu’ils avaient le CPU et que cela suffisait. C’était déjà assez compliqué comme ça.


Personnellement, je ne suis pas intervenu dans le débat ( Etienne Berger m’avait indiqué que l’on pouvait et que l’on devait intervenir) car toutes les propositions correspondaient à notre demande. Pour les interventions des départements du Nord et de l’Est, on peut les comprendre mais je pense qu’en tant qu’association spécialisée « bécasse », il était difficile de s’en mêler.

Jean Pierre Campana n’est pas non plus intervenu.


Les 3 propositions pour le vote ont ensuite été affichées, chaque président à l’appel de son département s’est prononcé sur les 3 propositions :


1) Pour un PMA national Bécasse fixé par la FNC par saison et par chasseur avec déclinaisons départementales (hebdomadaires, journalières… ) par les FDC.

2) Pour un carnet de prélèvement bécasse répondant à un cahier des charges national édité et distribué par la FNC

3) Pour une évolution possible vers un CPU intégrant le cahier des charges national du PMA bécasse pour les fédérations intéressées.


RESULTAT DU VOTE : 88 suffrages exprimés


 - proposition 1 : 63  pour, le reste contre ou abstentions

 - proposition 2 : 67 pour …….

 - proposition 3 : 84 pour …..


Tous les départements où "Bécassiers de France" est représenté ont voté OUI aux 3 propositions à l’exception de la Loire Atlantique qui a voté contre les 3  car ils ont un plan de gestion de la bécasse dans le schéma départemental (?)

L’Ariège s’est abstenu pour les 3.

LES DISPOSITIONS DU PMA ONT DONC ETE ADOPTEES PAR L’AG DE LA FNC.

Patrick COURGET



Poussin de bécasse découvert dans la Drôme, une info donnée à BDF par Alain HURTEVENT Président du GIC des Trois Becs

 

Poussin de bécasse découvert le 30 avril 2010 sur la commune de La Chaudière (26340 - Drôme) par M.Patrick Feugier adhérent du GIC des Trois Becs.

 

Coordonnées du lieu de découverte: carte IGN - 1:25000 -  31380T - UTM 31T : 0675200 - 4943570, Altitude: 986 m

Biotope: relativement découvert - coupe récente de pins - amas de petites branches - Un seul poussin observé. Pas de recherche pour tenter d'en trouver un ou plusieurs autres.


 

Concours  ST HUBERT

 

Date le 18 septembre 2010 à MESSERY 74 Organisateur thomas BERTHON 0450033681 thomasberthon@orange.fr

Le concours Saint Hubert de l'Isère sera bien organisé par Eric Sucillon à TREPT le 2 octobre.
0670683590
eric.sucillon@hotmail.fr



Syndicat National de la chasse

  L’ASPAS stipule que chaque année en France, la pratique de la chasse provoque des dizaines d'accidents, dont un nombre bien trop élevé se révèle mortel, et souligne que c'est "la seule activité de loisir qui blesse ou tue chaque année des dizaines de personnes qui ne participent pas à l'activité en question"....

Voir en suivant le lien la vérité ...


.../...

           Chasseurs  et protecteurs unis pour la nature.


La Fédération des Conservatoires d’Espaces naturels et la Fédération Nationale des Chasseurs ont signé ce lundi 29 mars 2010 une convention cadre de partenariat. (voir en document joint en cliquant sur le titre)


L


Flash info