Rechercher sur le site

contact@becassiersdefrance.com

Congrés National 2013 en Bigorre

Discours introductif de

Jean Antoine Pecantet

Président ADB 65

Discours

Patrick Courget

Président sortant BDF

Rapport Saison

Pascal Repiton

Commission technique

Rapport Cellule de Veille

Daniel Vingdiolet

Michel Gentile

© données BDF

Rapport Moral

Jean Pierre Senmartin

Sécrétaire général BDF

Compte rendu de Jean Pierre Senmartin

 

Ah ! Si le soleil avait pu s'inviter ces deux jours, le bonheur n'en eut été que plus grand. Car cette année ce sont les Hautes-Pyrénées qui organisaient le congrès annuel de Bécassiers de France et la barre avait été fixée très haut… à 2877m d'altitude, avec le secret espoir que la météo soit de la partie. Le soleil, il fallut plutôt le chercher dans l'accueil convivial de l'AdB65, le plaisir de se retrouver entre bécassiers venus de toute la France, la qualité des débats et des présentations de ces deux jours.


Le samedi : à chacun sa vallée

Guidés par la signalétique judicieusement préparée par Dominique Abadie (badges, insignes panneaux) et posés par Gérard Courrèges et Pierre Cuilhé, c'est vers 11 heures le samedi que Jean-Antoine Pécantet et le bureau de l’AdB65 accueillaient les congressistes au domaine de Ramonjuan, à Lesponne, hameau de la commune de Bagnères de Bigorre situé dans une charmante vallée verdoyante du haut Adour qui monte jusqu’au Chiroulet d'où partent de nombreux sentiers de randonnées vers des lacs d'altitude. Les versants boisés de cette vallée sont visités à

 l'automne par nos longs becs et les prairies d'altitude sont, au printemps et en été,  des sites de croule.

Après un apéritif de bienvenue agrémenté de quelques compositions à base de porc noir de Bigorre aimablement fournies par Marc Fanlou, et un repas pris en commun, le conseil d’administration gagnait  la très belle salle de réunion lambrissée du domaine de Ramonjuan, alors que les accompagnants visitaient la vallée des gaves jusqu’à Argelès-Gazost où Jean-Pierre Boutinaud les accueillait dans le merveilleux parc animalier des Pyrénées, "la Colline aux marmottes", qui constitue un condensé de la faune pyrénéenne présenté sur un espace étendu et naturel. Un paradis duquel nos amis ont eu du mal à s’extraire pour un lieu pourtant ô combien engageant : la cave du "Comptoir des vignes" où le maître des lieux, Jacques Vignau les attendait pour une dégustation de Tariquet accompagnée d’une spécialité régionale un "gâteau à la broche" spécialement confectionné pour l’occasion par notre expert pâtissier : Jean Cabirol.

Le président Patrick Courget ouvrit le conseil d’administration à 14 heures en donnant la parole à Jean-Antoine Pécantet qui souhaita la bienvenue aux présents auxquels il présenta le département au travers de leur cheminement pour venir en ce lieu. Tourisme, industrie, rugby, célébrités et coutumes locales, rien ne fut oublié pas même l'histoire du site qui nous accueillait. Il poursuivit en avouant : "cet évocation a pour but de vous faire rêver en partageant les moments intenses vécus en ces lieux". Revenant à la bécasse il se resitua dans ce "jardin idyllique" alternativement chasseur, pêcheur et observateur de la croule, quelques facettes de son plaisir. Un mot sur l'organisation du congrès : formule complexe, deux sites en deux jours, rigueur budgétaire, mais implication de tout le bureau pour une réussite espérée. En cette fin de mandat du bureau de BdF il souhaita à ce conseil d'administration "sérénité, convivialité et respect humain".

Gérard Tourneix, pris par d'autres occupations avait toutefois tenu à venir faire le point sur le bouclage du congrès de Bort. Remerciant BdF pour l'implication et la solidarité du groupe, il remit un chèque à BdF au nom de l'AdBMC témoignant ainsi du solde de l'évènement.


L'émotion d'un changement attendu

Yves Samyn, président de séance du jour, présenta le premier point à l'ordre du jour : le renouvellement du bureau. Jean-Pierre Senmartin avait déjà annoncé à Gimel son intention d'arrêter le secrétariat de BdF à la suite de ce congrès. Patrick avait réservé sa réponse, mais des contraintes professionnelles, la satisfaction d'une mise en route réussie de l'association, sans doute aussi la lassitude de douze années et quatre mandats passés à la tête de BdF depuis sa création, l'ont amené à la décision d'arrêter sa fonction de président. C'est particulièrement ému qu'il nous a annoncé son intention de passer la main tout en souhaitant continuer à travailler au sein de l'association et à représenter BdF lorsque nécessaire. Cette date importante de la jeune histoire de BdF, était un moment émouvant et l'assemblée remercia Patrick pour son écoute, son dévouement, et son ouverture d'esprit.  

Cette nouvelle qui était connue depuis quelques temps par le staff de BdF a permis de faciliter le passage de témoin à son successeur et de lui permettre de mettre en place son équipe dans les meilleures conditions. Un seul candidat s'est présenté à la succession de Patrick, c'est Robert Lana président de l'AdB58 qui a été élu à la présidence de Bécassiers de France à l'unanimité du conseil.

Souhaitant une équipe élargie pour optimiser le développement qu'il veut pour "Bécassiers de France", il nous fait par de sa composition :

Le secrétaire sera désormais Christian Fablet (AdB Bretagne), le trésorier Jean-Claude Dumas (ANCBCA) se maintient. Deux adjoints leurs sont associés Samuel Camelin (AdB39) comme secrétaire adjoint et Jean-Paul Hérault (AdB58) comme trésorier adjoint.

Patrick Courget (ANCBCA) est nommé président d'honneur et gardera la responsabilité de la revue.

Souhaitant être secondé au plus près, Robert propose la candidature de Jean-Yves Calmettes (AdB12) comme président délégué. Enfin  quatre vice-présidents sont élus ou réélus : Michel Navette (AdB Bretagne), Michel Sarda (AdB11), Roland Nové (AdB Rhône Alpes), Yves Samyn (AdB31).

S'agissant des commissions : Pascal Repiton et Lylian Lalanne restent à la commission technique, Christophe Semont intègre la commission communication où il rejoint Robert Lana, Daniel Vingdiolet et Michel Gentile à la cellule de veille, à la commission développement Jean-Yves Calmettes souhaite trouver un adjoint, enfin à la commission environnement Michel Navette et Robert Lana travailleront de concert.

Le nouveau bureau et les commissions sont en place, projetons nous vers l'avenir avec d'abord les futurs congrès. Ils se tiendront en 2014 en Bretagne, dans le Morbihan, à Ploërmel, en 2015 en Aveyron sur le Larzac, et en 2016 il est possible que le Jura nous accueille.


Des finances en bonne santé

Jean-Claude Dumas empêché, c'est Patrick Courget qui a présenté un budget assez largement bénéficiaire au 31/12/2012 et un prévisionnel tout aussi favorable.

Des éclaircissements venant de l'imprimeur seraient les bienvenus concernant la facturation, Pascal Repiton se chargera de les obtenir lorsqu'une liste exhaustive des erreurs sera établie.

Une baisse du nombre de relevés de la région Massif Central va entraîner une baisse du montant de la subvention FNC l'an prochain; cette situation n'est que transitoire et sera rétablie l'an prochain.

Gérard Pujos préconise l'utilisation du virement compte à compte pour simplifier et sécuriser le paiement des cotisations à BdF et des revues. Remarque retenue, la faisabilité sera étudiée. Dans un souci d'économies, il demanda d'exclure plus rapidement les adhérents qui ne payent pas leur cotisation. Ils coûtent cher à leur association (adhésion à BdF, revues, courrier de relance). Toute dépense injustifiée est à bannir compte tenu du montant des cotisations calculé au plus juste. Toujours pour un gain financier, Claude Dilhan demande de faire jouer la concurrence en considérant le rapport prix/avantages de plusieurs banques et Pascal Repiton préconise de changer le mode d'envoi des revues pour un gain substantiel.


Quelques orientations pour l'avenir

Concernant l'évolution de Bécassiers de France, le nouveau président souhaite que s'intensifient les actions de terrain. Pour cela il est d'abord nécessaire de faire le point de chaque association et de faire un état des difficultés rencontrées. Le développement de BdF est un des paramètres de sa représentativité. Pour cela la présence des membres du bureau de BdF lors des assemblées générales des associations est souhaitable. De même la boutique doit retrouver du volume, Samuel Camelin y travaille. Un rapprochement avec les jeunes permis doit être envisagé, Michel Navette nous fait part de son expérience d'un contrat passé avec les jeunes chasseurs du Morbihan.

Mais ce développement ne doit pas se faire à n'importe quel prix il nous faut respecter nos principes fondateurs de défense de la chasse, c'est dans cet esprit que Bécassiers de France a répondu aux contraintes et interdits injustifiés d'adhésion à la FANBPO. Il s'agit de ne pas confondre toutes les associations de chasseurs de bécasse; la notre défend l'oiseau comme elle l'a toujours fait par le passé mais défend avec autant de vigueur la pratique de notre passion. Ses actions se veulent efficaces mais non pénalisantes pour le bécassier, à chacun ses combats et à chacun ses différences, aux bécassiers de juger.

A porter à notre crédit : notre association a beaucoup fait pour la mise en place du PMA et du carnet de prélèvement. Dans une démarche cohérente, elle s'impliquera donc pour la généralisation de l’obligation de retour, certaines fédérations vont dans ce sens, d'autres non et c'est regrettable pour l'oiseau et pour sa chasse.

S'agissant de la revue, Gérard Pujos signale certains dysfonctionnements concernant la distribution. Robert Lana demande une remise à plat des fichiers mais Pascal Repiton suggère la possibilité pour chaque association de saisir en ligne sur notre site web afin de créer et de modifier les coordonnées de nos adhérents dans nos propres fichiers d'adresses. Robert souhaiterait aussi occuper la 2e ou la 3e de couverture avec un trombinoscope des membres du bureau.

Le mémoire va subir lui aussi un lifting. Pascal nous présente rapidement la saison, il la détaillera davantage le lendemain en A.G. mais sur le plan pratique, il tient à souligner le déficit en relevés de chasse du Massif Central mais déficit transitoire, tout rentrera dans l'ordre la saison prochaine. Il nous fait part aussi de sa volonté d'inclure les données de baguage dans le mémoire pour le rendre encore plus représentatif des réalités de terrain et il souhaite caler le découpage sectoriel sur les régions administratives.


Une soirée conviviale

Alors que les épouses et accompagnants rentraient enchantés de la visite de la "Colline aux marmottes" et de la dégustation dans la magnifique cave du "Comptoir des vignes", tout le monde se retrouvait devant le comptoir… du domaine de Ramonjuan où nous attendait Rolland Castells le maire de Bagnères de Bigorre qui, après avoir prononcé quelques mots de bienvenue, remettait la médaille d'honneur de la ville à Jean-Antoine Pécantet, Patrick Courget et Robert Lana.

La soirée se terminait dans la bonne humeur et les échanges toujours sympathiques. Tous les participants apprécièrent l'excellente cuisine et l'accueil chaleureux de cet établissement qui respire le bon vivre.


Un dimanche au sommet avec de l'émotion, des inquiétudes, des griefs

et une route à suivre

Le dimanche, réveil matinal pour faire l'ascension… en télécabine, du Pic du Midi. Longtemps espéré le soleil n'était pas au rendez-vous même si l'arrivée au sommet laissant transparaître une lumière d'un blanc prometteur pouvait nous laisser de l'espoir, mais il n'en fut rien. Dommage, d'autant que la salle Bow windows, choisie pour l'Assemblée Générale, a été aménagée à flanc de montagne, au sud et découvre 300 km de Pyrénées, un spectacle grandiose… par beau temps.

En présence des personnalités, Jean-Antoine Pécantet ouvre l'Assemblée à 10 heures pour souhaiter la bienvenue à nos invités et aux bécassiers du département et des départements voisins qui se sont joints à nous pour cette journée. Suit un moment de profonde émotion lorsqu’une minute de silence est observée à la mémoire de Philippe Aznar récemment disparu. En fin de réunion Erick Huguet nous présente le projet d’une stèle commémorative qui serait érigée dans un lieu qui était cher à Philippe. Une souscription est lancée à laquelle tous les bécassiers présents ont répondu très généreusement.

La veille, en conseil d'administration Jean-Antoine nous avait entretenu des richesses du département jusqu'à Lesponne, ce jour, il poursuivit de Lesponne au Pic du Midi, un secteur qu'il connaît parfaitement pour ses loisirs, mais qu'il a connu aussi pour son travail puisqu'il travailla plusieurs années au Pic.

Patrick Courget poursuivit en excusant les présidents Baudin et Sabarot, empêchés, et en remerciant chaleureusement l'AdB65 pour l'organisation de ce congrès ambitieux mais prenant. Revenant avec émotion sur ces douze années passées à la tête de Bécassiers de France, il dressa un rapide mais consistant bilan de sa présidence. La revue, la convention FNC et le mémoire initiés par Michel Navette et repris par Jean-Yves Calmettes puis par Pascal Repiton avec la saisie en ligne et le site web, la cellule de veille avec Daniel Vingdiolet et Michel Gentile, le dossier PMA avec Jean-Yves Calmettes, la reconnaissance de BdF au titre de la protection de l'environnement que l'on doit principalement à Michel Navette, le baguage pour lequel nous comptons aujourd'hui neuf bagueurs agréés, représentent une partie des actions menés par notre association  durant les années de présidence de Patrick.

Il voulut remercier tous ceux qui ont participé à cette tâche et apporté leur pierre à l'édifice, particulièrement ses collaborateurs les plus proches Jean-Pierre Senmartin et Jean-Claude Dumas.

Il a réussi à imposer une deuxième association de bécassiers aux yeux de tous, avec une identité forte ayant pour base les régions et les départements.

Il réaffirma les deux piliers de son action, la bécasse et sa chasse les deux indissociables à ses yeux, d'autant que des dangers planent toujours sur notre activité, extérieurs il sont le fait des anti de tous poils, des règlementations souvent injustifiées voir aberrantes, des sanctuaires verts, intérieurs ils tiennent surtout au déclin du nombre des chasseurs et au vieillissement de leur population. Raison de plus pour se tourner vers la jeunesse en facilitant l'accès à la chasse et à la connaissance de l'oiseau. Autre priorité l'accumulation de données qui permet et permettra de contrer les élucubrations sectaires de nos détracteurs.

Enfin remerciant à nouveau ses hôtes, il assura de ses vœux de réussite la nouvelle équipe pour le développement de BdF à laquelle il maintiendra son dévouement.

Puis ce fut Jean-Pierre Senmartin qui, dans son rapport moral, souligna l'importance de ce congrès en Bigorre pour notre jeune mais dynamique association. Il fit une constatation : la santé et la stabilité de BdF à laquelle il ajouta deux évènements majeurs : l'adoption du PMA et du carnet tel que nous les avons défendus, et notre agrément protection de l'environnement sur lequel beaucoup ont participé et qui a été conduit de main de maître par Michel Navette.

Rappelant la spécificité de notre organisation décentralisée avec des associations autonomes, il souligna la difficulté, mais la nécessité de compromis de décision afin de parler d'une seule voix car c'est la condition obligatoire pour être écoutés comme nous le sommes, tout en permettant à chaque association d'être statutairement membre du conseil d'administration. C'est pour cela que notre présence dans le monde bécassier est aussi légitime que d'autres… mais différemment.

Notre PMA a le grand mérite de prévenir nombre d'excès sur notre territoire sans pénaliser le chasseur respectueux de l'oiseau, mais qu'en est-il hors de nos frontières ? Des abus sont souvent signalés dans des "paradis bécassiers" où quelques libertés sont prises avec les règlementations. Une solution serait sans doute l'extension du PMA à l'Europe, la FNC la souhaite, BdF l'appelle également de ses vœux afin de préserver la bécasse sans renoncer à nos principes fondateurs qui associent la santé de l'espèce et la défense de la chasse.

Mais le PMA déplait à certains, après la cabale qu'il a subi à sa création, les fédérations départementales de chasseurs ont aujourd'hui tendance à remettre en cause l'obligation de son retour en fin de saison. Grave erreur ! L'exploitation de ses données sera de plus en plus prégnante à l'avenir afin de pouvoir justifier de l'innocuité de notre action sur l'espèce. BdF s'engage donc à défendre cet acquis avec la même constance qu'elle a défendu son adoption et sa mise en place.

De même il est de notre devoir de nous engager contre tous ceux qui enfreignent les règlementations en la matière. Hélas toutes les composantes de la chasse n'en sont pas convaincues,  c'est regrettable, l'AdB65 en a fait l'expérience récemment pour un double commerce de bécasse pour lequel elle a été seule à montrer une voie responsable en se portant partie civile.

Car nous travaillons beaucoup pour notre oiseau, PMA, baguage, suivi de croule, mémoire, information des bécassiers, etc… Le corollaire de ces actions est une connaissance précise de terrain qui nous donne la légitimité pour refuser toute contrainte dont nous n'aurions reconnu l'impérieuse nécessité. Nous rejetons donc toute mesure tendant à limiter notre activité telle que fermeture anticipée, ouverture retardée ou  généralisation de la limitation des jours de chasse qui serait injustifiée et mal venue, surtout dans les départements où les rencontres avec la bécasse sont rares, les prises difficiles, mais largement compensées par le simple plaisir de prendre du temps à courir les bois.

D'autres dangers se profilent à l'horizon : que va recouvrir l'Agence pour la Biodiversité ? Qui va la diriger ? Qui va y siéger ? Quelle représentativité auront les chasseurs ? Les mêmes questions se posent pour le devenir du Groupement d'Experts sur les Oiseaux et leur Chasse organisme très discutable d'un point de vue cynégétique et d'une indépendance toute relative. Il sera donc du devoir de Bécassiers de France de faire encore preuve, à la fois, de réflexion, de cohésion, et de persuasion pour défendre au mieux notre passion.

Enfin il tint à rendre hommage à la diplomatie à l'écoute et à la réflexion dont Patrick a fait preuve pendant ces douze années, un esprit d'union et de respect mutuel aussi, voulu par les créateurs de Bécassiers de France et que Robert ne manquera pas de faire sien.


Une saison moyenne et contrastée

Pour la commission technique, Pascal Repiton prit ensuite la parole pour, chiffres et diagrammes à l'appui, disséquer cette saison qu'il a qualifié de moyenne et contrastée. Vous trouverez dans cette revue son analyse complète  et ses conclusions. Sa présentation, à la fin de laquelle il fit une démonstration en réel de la façon de créer un login et de saisir les sorties de chasse dans l'application de saisie interactive, rencontra un vif succès, les questions furent nombreuses témoignant de l'intérêt de chacun pour le bilan de fin de saison. Alors pour pouvoir profiter encore de ces résultats : tous à vos stylos pour vos relevés et/ou à vos claviers pour la saisie interactive !

André Susserre responsable de la commission migrateurs à la FDC65 fit une présentation de la chasse en Bigorre, riche de sa diversité sur le plan des territoires et des peuplements tant sédentaires que migrateurs. Favorable au retour obligatoire du carnet de prélèvement, la FDC65 à un taux de retour de 50% ce qui lui permet d'estimer le prélèvement haut pyrénéen à 3450 oiseaux pour la saison passée soit 5 oiseaux par chasseur. Il salua l'élection de Jean-Pierre Boutinaud, membre du bureau de l'AdB65, au conseil d'administration de la FDC65.

Patrice Zerbini représentant la CCI65 et bécassier lui-même rendit hommage au dévouement des bénévoles des associations.

En l'absence du trésorier, Patrick Courget présenta le bilan financier. Rapport moral et bilan financier furent adoptés à l'unanimité.

Pour la cellule de veille Michel Gentile a observé un début de saison avec une majorité de sédentaires, puis une arrivée dans le nord et la Bretagne, début novembre, d'oiseaux venant de Scandinavie. Deux mouvements migratoires ont suivi, un vers le 11 novembre avec majoritairement des jeunes en migration, un vers le 15 décembre avec davantage d'oiseaux adultes venant de région plus proches, souvent de France. Fin décembre un nouveau mouvement, puis un mois de janvier stable avec des chutes de neige, mais des périodes de froid assez courtes qui n'ont pas bousculé les bécasses. En février, l'oscillation des températures en négatif et positif a cantonné les oiseaux. En résumé pour la cellule de veille : une saison calme, de simple surveillance.

Jean-Paul Hérault nous lit un communiqué du réseau bécasse de l'ONCFS faisant état d'une saison de nidification sans problème au printemps-été 2012 en Russie, mais dont les comptages automnaux laissaient présager une "saison très moyenne". En France les précipitations abondantes d'octobre ont offert de bonnes conditions d'accueil. Le coup de froid scandinave d'octobre-novembre a déclenché la migration vers la France et les Iles Britanniques. Les oiseaux venant de Russie sont venus plus tard avec le froid de novembre. Nouveau coup de froid en décembre et nouvelle arrivée, la France a fait le plein d'oiseaux à ce moment là mais le quart sud-est a été délaissé. Le froid dans le nord et le nord-est de la France a forcé les oiseaux à migrer. Pas de bouleversement en février. Au final la saison est jugée bonne par le réseau bécasse.

Pour la saison de nidification actuelle les conditions sont bonnes même si les bécasses sont arrivées avec 10 jours de retard du fait du froid, mais les conditions météorologiques en Russie : humidité et températures élevées sont favorables.

Puis c'est Michel Navette qui nous a présenté l'activité de la commission environnement. Il nous a fait part de son inquiétude au sujet de la subvention environnementale du fait du gel des crédits. Il s'occupe du renouvellement de notre agrément et doit déposer le dossier avant le 30 juin. Il termina son intervention en nous présentant les actions au service de la protection de la nature de son ami René Dominguez ancien responsable de l'AdB Bretagne; il parcourt les écoles afin d'apprendre aux enfants à reconnaître les oiseaux, à fabriquer des nichoirs, et à créer des jardins d'oiseaux. Son action est appréciée, l'intérêt que lui portent les journaux locaux en témoigne.

Enfin, Robert Lana notre nouveau président prend la parole pour rendre hommage au président et au secrétaire sortants ainsi qu'au trésorier. Il explique son nouvel organigramme comme il l'a fait au conseil d'administration, fait le point sur les commissions, et signale qu'il remplace Jean-Antoine Pécantet au comité de lecture. Il nous donne sa vision du développement de BdF et souhaite que les associations portent la parole des bécassiers dans les fédérations. En donnant rendez-vous à tous pour le prochain congrès en Bretagne, il rend la parole à Jean-Antoine Pécantet qui clôt cette Assemblée Générale à 13 heures en remettant, au nom de l'AdB65, une médaille commémorative à Maurice Coutiet un fidèle depuis des décennies du monde associatif bécassier et premier inscrit à notre congrès.


Un repas convivial et chantant

Au restaurant d'altitude nous rejoignait, pour déguster le champagne offert à Jean-Pierre Boutinaud par les établissements Locret-Lachaud, le groupe vocal bigourdan, mais internationalement connu : Eths Bandolets. Ces trois là n'ont pas leurs pareils pour créer une ambiance chaleureuse. "La belle des bois" bien sûr, "le refuge", "aqueres mountagnes", ou "beth ceou de Pau" autant de chansons régionales traditionnelles qui enchantèrent l'auditoire et furent reprises en cœur. La qualité de leur prestation ne laissa personne indifférent, on put même surprendre Pascal Repiton écouter religieusement "le refuge" qui est pourtant l'hymne du Tarbes Pyrénées Rugby… c'est dire.

Pour clôturer cet agréable manifestation et en reconnaissance du travail accompli, Robert Lana remettait, au nom de BdF, un cadeau souvenir à Jean-Antoine Pécantet qui quitte la présidence de l'AdB65 après en avoir été le fondateur, à Patrick Courget qui quitte aussi la présidence de BdF après en avoir été l'un des fondateurs et le guide depuis sa création, et à Jean-Pierre Senmartin qui cède sa place de secrétaire.

Personne ne fut oublié ces deux jours, les dames reçurent un cadeau des parfumeries toulousaines Berdoues, et les "frustrés de la visite" qui assistaient à l'A.G. le matin purent, l'après-midi, satisfaire leur curiosité pour les étoiles en parcourant librement les expositions du site.

C'est toujours au son des Bandolets que l'assistance regagna les télécabines pour retrouver un monde moins enneigé. Certains visages furent empreints d'une grande émotion bien compréhensible au vu des efforts déployés pour cet évènement remarquable pour notre association car ce congrès en Bigorre a marqué une date, il a tourné une page importante pour Bécassiers de France, mais le livre reste grand ouvert.

En descendant dans la vallée, les "chevilles ouvrières" de cette aventure se sont retrouvés au domicile de Jean-Antoine pour partager le verre de l'amitié.

Rendez-vous fut pris pour l'an prochain, le congrès restera au niveau de la mer, dans le Morbihan à Ploërmel. Nous y serons et bon vent à nos amis bretons.