Rechercher sur le site

contact@becassiersdefrance.com

Congrés National 2012   Bort les orgues








































LBort les Orgues

 

C'est l'ADBMC qui s’est dévouée pour organiser notre congrès en Corrèze, à Bort les Orgues les 2 et 3 juin 2012.

Les activités du congrès, commodément regroupées au centre Jean Moulin proche du centre ville, étaient couplées avec une exposition sur le thème de la chasse et de la gastronomie, une course cycliste, et une remise de maillot au club de rugby local, une façon d'aborder dans cette manifestation des thèmes chers à André.


CA pour les uns, promenade pour les autres

Dès le samedi 11 heures c'est à Bort, après avoir traversé les superbes biotopes limousins et auvergnats, que se sont retrouvés  les congressistes.

Après un rapide tour de l'exposition et un repas pris en commun, l'assistance se partagea en deux groupes, les épouses et les accompagnants visitaient les installations hydroélectriques de la société S.H.E.M., pendant que les présidents des associations entamaient leur après-midi studieuse par l'examen attentif des points inscrits à l'ordre du jour du conseil d'administration.

Bilan financier, rapport moral, congrès 2013 en Hautes Pyrénées, nouvelle revue, conséquences financières de l'agrément au titre de protection de l'environnement, demande d'adhésion à la FANBPO, bilan de la saison, commande des calendriers, inscription à la formation baguage, commission développement, tous ces points inscrits à l'ordre du jour furent examinés attentivement.

Jean-Antoine Pécantet  qui présentait les dernières informations en sa possession pour l'organisation du prochain congrès dans les Hautes-Pyrénées, fit une parenthèse pour se dire rassuré sur la bonne santé de l'espèce bécasse, souhaitant que l'on défende à la fois l'oiseau et sa chasse. Si la saison est bonne n'hésitons pas à le dire et à s'en réjouir, si la saison est mauvaise faisons le nécessaire. Mais ne perdons pas de vue que la capacité de l'espèce à se reconstituer est grande. Il pense que cette vitalité de l'espèce trouve peut être son origine dans la possibilité d'effectuer deux pontes annuelles ce que laisseraient supposer les deux pics de croule qu'il a observé dans les Pyrénées. Il a tenu à souligner le travail de l'ONCFS et la qualité des "flash info du réseau bécasse" qui ont été publiés cet hiver.

Le conseil d'administration terminé, ce fut un moment de détente autour d'un abondant buffet au sein de l'exposition, occasionnant des rencontres qui contribuent à l'intérêt et à la convivialité de nos congrès. Pour les aficionados la soirée se termina avec la retransmission de la demi finale de rugby, pour les autres les discussions se poursuivirent jusque très tard dans la soirée.


Une AG très suivie, et très instructive

Le soleil et la canicule du samedi laissèrent place, le dimanche, pour l'assemblée générale à une pluie venue jouer les trouble–fêtes pour les accompagnants pour qui était organisée une promenade en bateau sur le lac du barrage de Bort les Orgues. Mais les quelques gouttes tombées du ciel ne pesèrent pas bien lourd face aux 470 millions de mètres cubes d'eau du barrage.

L'assemblée générale fut ouverte par les trompes du rallye St Hubert Arédien. AR poursuivit par la présentation cynégétique d'une Corrèze très accueillante pour les longs becs. Il se félicita de l'intérêt porté à notre congrès par les trois présidents de fédérations présents représentant la Corrèze, le Puy de Dôme, le Cantal et l'Auvergne

Madame Delcouderc-Juillard maire de Bort les Orgues et vice présidente du Conseil Régional nous souhaita la bienvenue dans ce pays de forêts. Attachée à la chasse et à la préservation de la biodiversité, elle s'inquiéta de la difficulté du renouvellement des générations de chasseurs, et suggéra pour l'avenir la nécessité d'un rapprochement entre chasseurs et écologistes. Vaste et problématique programme…

Patrick Courget notre Président, prit la parole pour remercier André Rigaud et son équipe pour la qualité de son accueil et l'organisation parfaite de ce congrès. Puis il se lança dans l'analyse de la saison écoulée, un début de saison très favorable dans les régions où les conditions météo étaient satisfaisantes, en demi-teinte ailleurs. Un deuxième temps fort : la vague de froid qui a recouvert l'Europe et contraint à une suspension de la chasse jusqu'au 20 février.

Saluant la réactivité de nombreuses fédérations, il rendit aussi hommage au travail de la cellule de veille animée par Daniel Vingdiolet et Michel Gentile en relation directe avec l'ONCFS.

 Il salua la première saison du PMA national avec carnet de prélèvement et souligna que la FNC s'était engagée à rectifier les imperfections apparues cette année.

 Poursuivant par notre agrément protection de l'environnement, il fit applaudir Michel Navette pour son travail dans l'élaboration et le suivi de ce dossier et de ses conséquences financières.

Pour le site, il rendit hommage au travail de Pascal Repiton et engagea l'assistance à être plus motivée sur la saisie en ligne. Signalant la poursuite de notre convention avec la FNC, il fit part à l'assemblée de la demande d'adhésion à la FANBPO.

Le changement d'imprimeur induit un changement de la présentation de la revue ce qui va retarder quelque peu sa parution, de même les calendriers vont être restylés, un grand merci à Thomas Berthon.

Revenant à l'oiseau et à sa chasse, il dévoila ce que François Gossmann allait développer ultérieurement, la pose de balises Argos sur des bécasses et la création d'un Plan Franco Ibérique de gestion cynégétique de la bécasse. "Bécassiers de France" est à l'écoute et se tient prêt à participer.

En opposition à l'aspect positif que BdF s'ingénie à promouvoir dans ses actions, Patrick détailla le programme des Verts pour la présidentielle, ainsi que les options de la LPO en matière de démantèlement de la chasse. Tout ceci donne à réfléchir. Malgré tous les efforts des chasseurs en termes de responsabilité, de soutien dans le développement des espèces et la réglementation de notre sport, nos adversaires gardent une attitude radicale au mépris de ce que représente la chasse notamment sur le plan social par le développement associatif, et sur le plan scientifique dans la connaissance et la préservation des espèces et des milieux.

Dans le rapport moral, Jean-Pierre Senmartin revint sur les deux saisons passées, difficiles pour les oiseaux à des titres divers et pour lesquelles notre Président, s'appuyant sur la cellule de veille, sut adresser aux autorités concernées les recommandations importantes qui s'imposaient en pareille circonstance : limitation du PMA national à 15 oiseaux en 2010/2011 et suspension de la chasse à la bécasse en 2011/2012.

Un PMA perfectible par l'adoption d'un carnet bécassier (carnet de prélèvement obtenu en cochant une case sur la demande de validation du permis), consigné dans un fichier national pour éviter les fraudes, et étendu à divers pays sur les voies migratoires de la bécasse, afin de limiter les trafics, très destructeurs d'oiseaux.

Revenant sur la nécessaire vigilance dans la défense de la chasse, il souligna la bonne santé de l'espèce scolopax rusticola, dont la chasse raisonnable pratiquée en situation normale de reproduction et de migration, n'a rien à gagner avec des mesures pénalisantes (limitation des jours de chasse, ouverture retardée, fermeture anticipée), compte tenu des outils (PMA modulable, protocole gel prolongé) qui permettent aujourd'hui les limitations et les suspensions nécessaires et suffisantes avec une réactivité optimale.

Il appela de ses vœux une réelle et salutaire solidarité entre chasseurs, il dénonça le déchaînement sur le net des associations antichasses prêtes à toutes les bassesses dans leur combat idéologique et sectaire.

Accueillis en Corrèze pour ce congrès, il était intéressant de se pencher sur la lettre envoyée par le candidat corrézien Hollande aux présidents de fédérations. Trois extraits furent lus permettant d'entrevoir une rupture avec des idéologies passées. Toutefois si ces intentions sont à mêmes de nous satisfaire, nous jugerons sur les actes. La nomination d'une Ministre de l'Environnement présentée comme moins idéologue que les Verts peut aller dans un sens d'apaisement, mais nous maintiendrons notre vigilance.

Revenant à l'oiseau, il cita les observations faites sur les lieux de croule pyrénéens par Jean-Antoine Pécantet et Jacques Berdoues. Elle laissent clairement apparaître deux pics de croule distincts, d'où la question que certains se posent : la seconde couvée présentée comme couvée de remplacement ne serait elle pas plutôt la règle ? Hypothèse à vérifier bien sûr mais qui, si elle s'avérait exacte, jetterait un éclairage nouveau sur la dynamique de la population et sur sa gestion.

Au rapport moral fit suite le rapport financier que notre trésorier Jean-Claude Dumas avait présenté la veille en conseil d'administration.

Rapports moral et financier ont été adoptés à l'unanimité.

De même que la veille au conseil d'administration, Michel Navette présenta à l'assemblée générale le dossier de demande de subvention consécutif à l'agrément au titre de la protection de l'environnement. S'il est le fruit d'un travail collectif, c'est à Michel que revient le mérite de la mise en forme, conformément aux exigences administratives.

Pascal Repiton présenta le bilan de la saison et Daniel Vingdiolet disséqua le fonctionnement de la cellule de veille très à l'ouvrage ces deux dernières saisons et dont le rôle est essentiel dans la connaissance de la migration en associant météo, saisie interactive et modèle prédictif (*). Ses données se fondent sur la présence de sentinelles dans 36 départements.

Après un automne et un début d'hiver doux, le froid est venu de l'est par les Alpes fin janvier provoquant un gel profond jusqu'à 20/25 cm au centre de la France. Dès lors le froid et l'absence de nourriture, ont nécessité de la part de BdF l'envoi des courriers des 8 et 12 février aux fédérations. Les conséquences de cet épisode hivernal ont été importantes même après le redoux puisque les lombrics, bases de l'alimentation des bécasses, ne sont remontés en surface que courant mars.

François Gossmann responsable du réseau bécasse de l'ONCFS a ensuite dressé la synthèse de l'année bécassière.

Le printemps 2011 a commencé par des mois de mai et juin chauds et humides donc favorables à la reproduction sur la partie nord européenne. On a pu, fin mai/début juin, constater un pic d'éclosion. S'en est suivie, fin juin et juillet, une période plus chaotique du fait d'un retour aux grosses chaleurs.

A l'automne 2011, le modèle prédictif laissait entrevoir une saison moyenne. On a noté des irrégularités dans la migration dues à des différences locales dans la météo et la réceptivité du sol. Les mauvaises conditions de froid et de sècheresse en octobre ont entraînées des arrivées d'oiseaux en paquets avec des accumulations dans les endroits les plus humides. Typiquement, l'Est et le Jura ont bénéficié de gros arrivages fin octobre. Les pluies du 11 au 20 novembre ont permis une meilleure répartition des oiseaux. Après un automne et un début d'hiver doux, on a eu un nouveau pic fin décembre. L'IAN a ensuite faibli régulièrement. En résumé, jusqu'à la suspension de la chasse en février la saison a été  moyenne mais avec des manques importants (Sud-ouest, Pyrénées, pourtour méditerranéen).

Par l'examen régulier des conditions météo sur l'Europe la vague de froid de février était prévisible une semaine à l'avance. Elle a été sévère puisqu'en février il n'y a pas eu de dégel dans la journée sur une grande partie de la France. Quelques bécasses se sont alors déplacées vers le littoral mais une partie est restée sur place subissant des amaigrissements importants. Des oiseaux morts ont été signalés dans 40 départements. De nombreux comportements anormaux ont aussi été observés. Tous les départements sauf la Corse ont alors, sous des formes diverses, suspendu la chasse à la bécasse.

On estime que suivant leur état sanitaire au moment de la vague de froid et compte tenu de la période, 1 à 5% des oiseaux sont partis en Espagne. Une arrivée importante a été remarquée au Pays Basque espagnol.

En cas de froid intense avec gel du sol la bécasse ne peut pas se nourrir. Dans ces conditions, avec un poids supérieur à 290 gr. sa source d'énergie est constituée essentiellement de lipides et sa durée de survie est de 4 à 11 jours. Entre 290 et 240gr. elle consomme lipides et protéines. En dessous de 240 gr. elle n'a plus de lipides et n'utilise que ses protéines (donc son muscle) et sa durée de survie est estimée à 3 jours.

Quelles seront les conséquences de cet hiver sur la population bécassière ? A ce jour on n'en sait rien. Il sera intéressant d'analyser l'enquête croule pour évaluer le taux de survie des autochtones. Si leur nombre est stable, cela voudra dire que les oiseaux ont bien résisté au froid.

Un Plan Franco Ibérique (France, Espagne, Portugal) va être mis en place pour étudier la bécasse dans les conditions extrêmes sur une grande partie de son axe migratoire.

Pour un meilleur suivi des oiseaux, 12 balises Argos ont été implantées sur des bécasses en Angleterre pour un coût total de 60.000€. L'ONCFS en est resté aux émetteurs GLS beaucoup plus abordables financièrement, mais dont les résultats s'avèrent décevants sur les quelques reprises réalisées sur les 35 oiseaux initialement équipés.

Une question qui intéresse les bécassiers pour la saison prochaine : quel est l'état de la reproduction en Russie aujourd'hui ? La saison a été retardée du fait d'abondantes chutes de neige en Russie centrale jusqu'à mi-avril. Ceci a donné beaucoup d'eau quelquefois trop, certains sites de nidification se trouvant alors inondés. Toutefois une fois résorbée, cette eau a maintenu une humidité salutaire qui, alliée à la chaleur du printemps, a donné d'excellents résultats fin avril et en mai. Le risque qui menace maintenant la bécasse serait une canicule estivale en Russie.

La Scandinavie a connue des conditions similaires à celles de la Russie.


De nombreuses personnalités fédérales

La parole est ensuite donnée à nos invités.

Le Président Dominique Busson (FDC63) adhérent de BdF, souligne la qualité des débats et, signe des temps, il note qu'aujourd'hui pour être bécassier, il faut être un peu internaute.

Le Président Jean-François Sauvage (FDC19) salue l'importance et la qualité de notre travail et son utilité pour les fédérations. Il tient aussi à rendre hommage au travail de l'ONCFS. De sa rencontre, au sein de la délégation FNC, avec le candidat Hollande il a retenu en premier lieu une volonté d'apaisement. Mais il recommande la vigilance face aux attaques des antichasses qui, n'hésitent pas à utiliser la voie judiciaire pour nous contrer.

Le Président Jean-Pierre Picard (FDC15 et FRC Auvergne) représentait le Président Baudin empêché. Il mit l'accent sur la nécessité de conserver les biotopes, de privilégier le bon sens et la convivialité. Il souligna le travail accompli par "Bécassiers de France" depuis sa création et la place qu'occupe aujourd'hui notre association dans le monde cynégétique. Les travaux de BdF servent à l'argumentaire pour la défense de la chasse. Il a apprécié le "soutien exemplaire" que nous avons accordé au PMA et l'aide appuyée que nous avons apportée, dans son combat, au Président Baudin. Il exprime donc tout son respect pour notre parcours. Il se félicite de l'arrêté chasse paru en mars, qui fixe un quota annuel à 30 oiseaux, mais surtout, qui permet à la FNC de le définir et de le moduler. Cet arrêté rend aussi obligatoire le marquage pour le transport sur notre territoire.


Un succès qui en appelle un autre

Le congrès s'est achevé par le traditionnel repas entrecoupé par les chants et les sonneries de l'excellent rallye Arédien.

Avant de nous quitter, un grand merci et des applaudissements nourris ont été adressés à André Rigaud et aux adhérents de l'ADBMC pour ce congrès très réussi. Tout était parfait ! Il faut également dire un grand merci à tous ceux qui ont permis ce succès par leur présence à l'exposition ou par leur soutien financier. André les a remercié tout au long de ces deux jours, la liste est longue.

Rendez-vous est pris pour l'an prochain les 1 et 2 juin 2013. Notre congrès prendra de l'altitude dans les Hautes Pyrénées. Ça ne devrait pas être mal non plus…


        Jean-Pierre Senmartin


(*) Pourcentage de jeunes précoces/jeunes tardifs relevé en septembre en Russie avant le départ en migration. Il permet de prévoir quel sera l'ICA de la saison.




Compte rendu Commission technique

Quelques Photos des deux journées